Ma pâte brisée préférée…à l’huile d’olive !

IMG_1416

Passion pique-niques

Faire sa pâte maison, ça ne prend pas beaucoup de temps et ça en vaut franchement la peine ! Ici, elle m’a servie pour une tarte épinards/chèvre en mode pique nique au soleil.

Voilà ma recette, à l’huile d’olive, donc. J’aime beaucoup sa texture un peu friable et son bon petit goût. C’est aussi chouette de la personnaliser : avec du parmesan, des épices, ou encore des graines de courges…

INGREDIENTS

  • 90 g d’huile d’olive
  • 200g de farine
  • 1/2 dl d’eau
  • 1 pincée de sel

PREPARATION

Creuser un puits dans la farine puis ajouter progressivement l’huile, en mélangeant. Ajouter l’eau afin d’obtenir un boule de pâte bien compacte. Pas besoin de mettre toute l’eau si vous jugez la consistance convenable.

Et voilà ! Plus qu’à étaler. Et s’il vous en reste, elle permettra de confectionner de très bons sablés…

That’s all folks !

Cake de Daniel Barnz

Avec Jennifer Aniston, notamment.

Ou le portrait d’une femme qui souffre physiquement et psychologiquement, elle est seule et en colère. Sa seule compagnie est sa domestique,  Silvana, qui l’assiste au quotidien, joue le rôle de garde fou et l’emmène  partout en voiture, dans la lumière de L.A.

C’est assez tard dans le film que l’on apprend pourquoi. Voilà pourquoi je ne peux pas en dire beaucoup plus sur l’histoire ! C’est un film très beau, très triste mais aussi lumineux. Il explore la dépression, mais aussi l’amitié, l’amour, la (re)construction de soi. J’ai beaucoup aimé !

4 mois avec bébé !

Elle est très curieuse, sourit et rigole beaucoup, elle est incroyablement mignonne et on est tous fous d’elle. C’est L’AMOUR.

Bébé a 4 mois et dix jours. Autant de jours dans une bulle, un peu à part, car tout mon temps lui est consacré. Après la sensation d’être dans un tunnel  parfois  obscur, j’ai la sensation de revenir vers la lumière. Retour de la luminosité extérieure certes, mais surtout la sensation que le plus dur est passé, que la vie reprend son cours, que je « gère » la situation. Et puis, les habitudes se prennent, je sais ce qui marche. Et je sais que parfois ça ne marche pas mais que ce n’est pas grave ! Je me casse moins la tête si elle ne veut pas manger/dormir/autres. Bref, on prend tous nos repères. Elle devient aussi plus facile, ses attitudes me sont plus compréhensibles et donc plus solutionnables si besoin.

IMG_1476

Elle mesure maintenant 64 cm pour 6,330 kg, elle commence à porter du 6 mois !

Grosse surprise : sa première dent nous a fait coucou à 3 mois et 3 semaines et je crois que la seconde arrive. Pas en retard ! Ca frotte un peu pendant les tétées mais pour le moment ça va, je croise les doigts pour que ça reste agréable…Dans la série des grandes premières : le roulé boulé ventre > dos !

Au niveau du sommeil et de l’allaitement, on a pris notre rythme. Les nuits se passent toujours bien (22H30/7H en général).Mais maintenant les siestes commencent aussi à devenir plus nombreuses et plus régulières. Il y a quelques chose qui a vraiment tout amélioré et c’est le fait de faire les tétées en position allongée. C’est ce qui lui permet de glisser dans le sommeil plusieurs fois par jour. Elle s’endort à la fin de la tétée, je ne la déplace pas, je la laisse sur notre lit, encadrée par des oreilles, je m’éclipse et elle dort bien comme ça. Eh bien mine de rien, cette petite technique nettement facilité mes journées, et son humeur car parfois elle ne faisait pas la sieste ! Maintenant c’est au minimum 2H le matin et 2h l’après midi. Le soir je fais aussi comme ça, et le fait de la mettre dans son lit ne la réveille pas. Fini le stress du coucher !

Je dirais aussi que ça a amélioré l’allaitement en général. en position classique, soit la « madone » pour nous, elle tête la durée minimum pour prendre ce dont elle a besoin mais  pas plus, elle ne s’abandonne pas, contrairement aux premiers temps. C’est beaucoup plus confortable pour moi aussi. D’ailleurs en général le matin on se rendort ensemble et c’est un super moment !

Et pour conclure sur une bonne nouvelle : On a notre place en crèche pour septembre, à temps plein ! Quelle que soit mon évolution professionnelle (reprise à temps partiel, prolongation du congé parental ou changement total) on a cette sécurité et cette souplesse. D’autant que c’est une vraie chouette crèche.

 

 

Samoussas épinards chèvre

Facile à faire et qui fait son petit effet, cette recette fait toujours l’unanimité. Parce que ça présente bien que c’est bon, que ça se mange avec les doigts et que c’est déclinable à l’envi. Rapide à réaliser pour 2, plus long pour 6… c’est le pliage qui prend le plus de temps. C’est pourquoi c’est sympa de le faire à plusieurs ! Chez nous, qui sommes des gourmands, il faut compter environ 6/7 samoussas par personne, en plat principal.

 

INGREDIENTS

  • Feuilles de brick : 1/2 = 1 samoussa, soit 1 paquet pour 2 personnes
  • Epinards :400g égouttés
  • 2 oeufs
  • 1 petite bûche de chèvre
  • Paprika, ail, sel et poivre

PREPARATION

Préparer la farce : faire revenir les épinards dans un peu d’huile d’olive, assaisonner avec de l’ail en poudre, du paprika, saler et poivrer. Mélanger aux deux oeufs entiers et ajouter la buche de chèvre coupée en dés.

Le pliage : se référer aux instructions sur le paquet ! On coupe une feuille en deux. On plie cette demie feuille en deux dans la longueur. On place un peu de farce à droite puis on plie bord à bord, en triangle, et à la fin, on glisse le coin de pâte restant pour fermer le samoussa. Et ainsi jusqu’à épuisement des ingrédients ! (Et non du cuisiner !) Ensuite on fait dorer des deux côtés dans un peu d’huile, et avec une bonne salade, on se fait plaisir !

IMG_1369

Dressing de bébé : mes préférences pour les premiers mois

IMG_1417Il y a tellement de jolies choses en matière de mode enfant ! Je sais qu’il est facile de trouver ce genre de listes, récapitulant le « kit de démarrage » pour bébé. Mais avec le recul, j’ai eu de nettes préférences sur certains modèles, et je vous en fait part. Si ça peut aider ! Pour les quantités, je trouve que c’est à chacun de voir, selon la fréquence des lessives, l’usage d’un sèche linge, la saison etc. Mais il faut toujours avoir au moins une voire deux tenues propres d’avance, en prévoyant une tenue par jour en moyenne.

La taille : Selon la taille du bébé, et sachant qu’il y a de nettes différences entre les marques, je pense que c’est bien de panacher entre le zéro et un mois, avec quelques trois mois sous la main pour ne pas être pris de cours ensuite alors qu’on est encore la tête dans le guidon. Notre bébé faisait 52 cm pour 3,420 kg à la naissance et le zéro lui a convenu très peu de temps, et elle a porté le 1 mois jusqu’à 1 mois et demi environ.

S’approvisionner : Assez facile, sans se ruiner. La saison des vides greniers approchant, je suis tentée d’acheter encore et encore, ça vaut tellement le coup. Alors pour rationaliser un peu les achats, j’ai déjà fait l’inventaire des stocks (avec tableau excel à l’appui!). Et bien, entre les vides dressings, les dons des copines, les cadeaux et les achats coup de coeur, j’ai la base jusqu’aux 1 ans de bébé et sans forcer. Et on ne lui mettra pas tout !

Les Pyjamas : nette préférence pour ceux sans cols sophistiqués, avec froufrous et autres, même si ça peut être mignon, les ras du coup sont très pratiques et ne risquent pas de gêner bébé, de bailler, d’être tout mouillés etc. Pour l’attache, attention au nombre boutons, en pleine nuit, reboutonner douze pressions, ça peut devenir pesant… Ceux qui s’attachent devant avaient ma préférence au début car j’évitais de trop la manipuler, mais maintenant je crois que je préfère les attaches de dos, ça va plus vite. J’ai quelques grenouillère sans pieds, mais en plein hiver je ne le conseille pas, car les chaussettes ont la fâcheuse tendance à se faire la malle et il faut garder les petits petons bien au chaud !

Les Bodies : Le mieux, c’est ceux qui sont bien élastiques, bien souples, chez DPAM j’en ai trouvé des vraiment top. J’aime beaucoup quand il n’y a pas d’étiquettes au cou et que c’est un marquage sur le tissus. Croisé c’est très pratique, et si c’est une emmanchure américaine (style T Shirt), il faut que le body soit ultra élastique sinon ça peut créer un incident diplomatique avec bébé !

Les Brassières : Typiquement le truc que j’avais prévu en trop grand nombre. 2 m’ont suffit largement, même en hiver, 1 en laine et 1 plus légère, pour combiner en fonction de la tenue. Eviter les capuches car pour le sommeil ou pour mettre le manteau, ça peut géner. Truc super utile : un gilet sans manche style mouton, pour rajouter une petite laine rapidement sans s’embêter avec les manches. Elle l’a énormément porté, dès que j’allais dans une pièce plus fraiche, au saut du lit ou pour aller jouer sur son tapis posé au sol, je lui mettais son gilet de bergère !

Pour l’extérieur : Bébé d’hiver oblige, je lui ai mis une combinaison pilote pendant les 3 premiers mois…C’était difficile de lui déplier les bras dedans, je n’ai pas trouvé ça pratique, même si c’est bien couvrant, elle n’aimait pas trop. Maintenant je lui mets un petit manteau en polaire avec capuche (et des oreilles d’ourson ❤) ainsi que des chaussons en coton par dessus son pyj. En cas de grand froid, j’ajoute un bas de jogging et des chaussettes. Coté bonnet, l’hiver prochain j’opterai pour un modèle qui couvre aussi les oreilles. Les petits bonnets ronds glissent tout le temps et lui tombent sur les yeux ou lui découvrent les oreilles… et à force, grrrrr!

Les Jolies tenues : Bébé à quatre mois et je commence seulement à lui mettre régulièrement des tenues plus habillées. Pour des questions pratiques et aussi pour limiter le nombre de gestes dans la journée je trouvais ça très pratique, body+pyj ! Mais maintenant que tout devient plus facile, j’apprécie de m’amuser un peu plus à l’habiller joliment, c’est chouette, on la voit différement. Petite combinaison, pantalon + sweat, robes et collant… ce ne sont pas les possibilités qui manquent. Et il faut bien le dire : c’est tellement mignon !!!

Le restaurant de l’amour retrouvé d’Ogawa Ito

La fatigue des journées avec bébé et les lectures souvent hachées font que j’ai un peu de mal à vraiment rentrer dans un livre avec plaisir et facilité ces derniers mois…

Au delà du titre qui fait un peu peur, j’en conviens volontiers, il y a dans ce roman, facile à lire, donc, de très jolies choses. Une jeune femme japonaise rentre un soir chez, dans l’appartement qu’elle occupe avec son amoureux. Seulement voilà, il ne reste rien, rien du tout. Le chéri à mit les bouts, envolées toutes les affaires, y compris les précieux ustensiles de cuisine qu’elle achète peu à peu, dans le but de réaliser son rêve un jour : ouvrir son propre restaurant. Seule une jarre de saumure léguée par sa grand mère adorée est encore là. C’est avec ce seul bien serré dans ses bras qu’elle va retourner vivre chez sa mère, avec qui elle entretien une relation compliquée.

Elle va alors s’adonner à sa passion, la cuisine, et ouvrir un restaurant d’un genre unique, puisque qu’il y a qu’une seule table, et un menu cuisinée sur mesure en fonction de la personnalité du client. Peu à peu, elle va se reconstruire, et reconstruire sa vie, avec beaucoup d’amour et de poésie. Malgré l’âpreté de la vie, la joie et la beauté sont dans les plaisirs simples: faire plaisir, comprendre et sublimer la nature, échanger un regard.

Très beau roman, pas cul cul du tout  !