5 mois : la journée type de bébé

Même si il y a des variantes, notamment sur l’heure des siestes, à 5 mois, il y a quand même une journée type qui se confirme et heureusement! On ne peut pas dire que j’ai énormément de temps pour moi, bébé n’aimant jouer toute seule trop longtemps…!

Donc là, je vous présente la version « classique », idéale ou presque…

7h30 : Réveil de mademoiselle après une nuit de 9h. Une bonne tétée d’une demie heure, dans mon lit et qui parfois la rendort, sinon elle joue un peu tranquillement, le temps d’émerger. Pendant ce temps, petit déjeuner tranquille ou alors grasse matinée aussi !

10h : Réveil pour une Tétée ! Passage sur la table à langer, puis jeux sur le tapis ou dans le lit, et parfois promenade.

13H : Tétée longue, puis sieste d’environ 2H. J’en profite pour faire les trucs à faire dans la maison, et parfois même, s’il reste du temps, des trucs que j’ai envie de faire :lire, écrire, dessiner…

15H : Réveil en douceur, petite tétée, puis jeux et souvent promenade / courses.

18h : Tétée, et parfois même une petite sieste d’1 heure maximum.

19h : Diner, auquel bébé assiste dans son transat, au moins au début, car elle est vite grognon à cette heure et finit souvent sur nos genoux. Alors on se coupe mutuellement le contenu de nos assiettes

20h : Une petite tétée pour la bonne humeur et un bain pour aider au sommeil. Souvent suivie  d’une petite crise au moment de se rhabiller…parfois calmée par un artifice simple : un paquet de mouchoirs ! Eh oui, j’ai découvert il y a peu qu’elle adorait les manipuler !

20h30 : jeux, câlins, chansons, parfois crise de délire et rigolade… parfois crise de fatigue et bébé grognon…souvent un mélange des deux en fait. C’est le moment de la journée que je trouve le plus long…

21h30 : Dernière et longue tétée.

22h30 : Dodo ! Soit couchée endormie, soit posée bien rassasiée et calme, pour apprendre à s’endormir seule, on progresse !

 

 

Six jours de Ryan Gattis (2015)

Coup de coeur !

Ce roman américain a  récolté des critiques dithyrambiques de par le monde, et croyez-moi, c’est une vraie bombe, un vrai page-turner!

En 1992, suite à la relaxe de policiers impliqués dans le passage à tabac de Rodney King, Los Angeles s’embrase. Les émeutes dureront six jours, battant tous les records de violence : incendies, pillages, meurtres. La police, les hôpitaux et les pompiers sont dépassés. Dans ce contexte de non-droit, le quartier hispanique de Lynwood est chamboulé par des règlements de compte entre gangs.

A travers 17 chapitres narrés par 17 personnages différents, l’auteur nous fait appréhender les faits par le biais de la réalité subjective de chacun, de sa logique, de son langage . Membres de gangs, mais aussi infirmière ou pompier nous permettent ainsi de voir ce que nous ne sommes pas censés voir. Fascinant !

 

On respire !

Il y a des jours plus difficiles que d’autres avec un bébé. Hier par exemple, en fin d’après-midi, je commençais à vraiment saturer. Eh bien, j’ai mis mademoiselle bébée en écharpe, et hop, une heure de marche au soleil, elle s’est endormie au bout de 5 minutes et j’ai pu enfin respirer, esprit inclus ! J’avais un peu la flemme mais je n’ai pas du tout regretté, la soirée m’a paru beaucoup simple après avoir pris l’air. Voici un aperçu de ma balade fleurie !

Comme des makis californiens

Je ne suis pas très calée en gastronomie japonaise, voire un peu échaudée, mais depuis quelque temps, j’ai développé une obsession à l’égard des Makis ! On dirait des bijoux ! Pour me lancer, j’ai choisi de les faire « inversés », soit le riz autour, car entamer par l’algue nori me rebute un peu. N’ayant pas de bonne poissonnerie sous la main j’ai opté pour de la truite fumée ! En bonne novice, j’ai investi dans un petit kit qui contient la natte à rouler, du riz à sushis, des feuilles d’algues, du vinaigre de riz , de la sauce soja, du gingembre confit et du wasabi. Et je me suis inspirée de vidéos pour le roulage. Au final, rien de très authentique dans ces makis mais beaucoup de plaisir pour les yeux et les papilles ! Pas difficile, et ça fait franchement son petit effet!

IMG_1485

Ingrédients pour 12 makis environ.

En plat principal, on en mange environ 6 par personne.

  • 200g de riz à sushi
  • Vinaigre de riz
  • Truite fumé ou saumon fumé en dés
  • 1 avocat mûr
  • Mayonnaise
  • Sésame, ou pavot ou mix des deux
  • Gingembre confit, sauce soja, wasabi pour accompagner

 

Préparation

  • Cuire le riz à sushi selon les instructions du paquet (façon risotto). Le faire refroidir et l’assaisonner avec du vinaigre du riz.
  • Découper l’avocat et le poisson en morceaux.
  • Préparer un bol avec de l’eau et du riz, pour tremper les mains et le couteau, ça évite que le riz ne colle.
  • Entourer la natte de film alimentaire, et placer dessus une couche de riz (0,5 cm environ d’épaisseur), en forme de rectangle. Couper une feuille d’algue, de façon à ce qu’elle soit moins large que le riz quand on la centre dessus (Le riz doit dépasser d’1 cm de chaque côté environ, c’est important.)
  • Badigeonner l’algue de mayonnaise, puis placer le poisson et l’avocat au milieu, sur toute la longueur.
  • Rouler ! De façon à ce que les bords se rejoignent, et serrer dans la natte.
  • Poser le boudin sur un plat, saupoudrer de sésame ou pavot, puis découper des tronçons, 5 à 6 makis environ. A faire avec un couteau bien tranchant, en trempant la lame dans le vinaigre à chaque fois.
  • Servir avec les assaisonnements prévusIMG_1488

 

 

Partir en week-end avec bébé

En tête à tête avec ma fille de quatre mois, ailleurs, pour la première fois ! J’avais besoin de voir un autre décor, et à la faveur des beaux jours et d’un week-end solo, j’ai décidé d’aller faire un tour du côté de la Rochelle, parce qu’il y a la mer et que j’adore cette ville ! Départ vendredi matin et retour samedi soir, en train. C’était super, mais j’ai mis deux jour à m’en remettre tellement c’était crevant ! Et voici comment je me suis organisée :IMG_1434

Quoi emporter ?

Ce n’est pas grand chose pourtant, mais j’ai eu l’impression de passer autant de temps en préparatifs que si on partait pour une semaine !

Un grand sac à dos avec :

  • mes affaires,
  • une tenue de rechange complète pour bébé
  • Des couches, de la crème pour le change, du sérum physiologique, de l’homéopathie spéciale poussée dentaire, de la crème hydratante visage, cotons, compresses, thermomètre, ciseaux.
  • Une petite trousse avec deux couches, coton, crème pour le change rapide dans le train.
  • De l’eau pour le change
  • Des langes en coton en guise de matelas à langer
  • Le doudou, un livre, deux jouets

Et un sac calé dans le panier de la poussette avec :

  • La turbulette
  • Une couverture en plus
  • L’écharpe de portage
  • La bache de pluie

En fait la poussette m’a servie de chariot vu que j’accrochais le sac à dos dessus.

Le voyage en train

Ce n’est qu’à 150 km  de chez nous, mais pour cette première, j’ai préféré choisir le train. Je ne suis pas une grande conductrice, et j’avais peur de ne pas bien gérer le trajet si elle se mettait à pleurer etc. Donc, nous voilà parties en TER puis Intercités, avec un changement, pour un trajet de 2h30 à l’aller. Départ à 8h du matin, j’avais pris les billets la veille. C’est gratuit pour bébé. Elle a dormi environ 1h dans son cosy et a été très calme le reste du trajet, train presque vide, du coup j’avais plein de place. Pas de table à langer donc j’ai du la changer sur le siège. Pour aller aux toilettes, il y avait des WC aux normes, donc j’ai carrément emmené la poussette avec moi ! C’est bête comme question, mais comment on fait sinon hein ? Dans l’Intercités, il n’y a que des marches pour monter dans le train, donc il faut prévoir de se faire aider. Un peu de retard à l’arrivée et surprise, à la Rochelle aucun ascenseur, que des escaliers ! Le contrôleur avait prévenu avant notre arrivée et quelqu’un est venu m’aider à descendre la poussette puis à la porter dans les escaliers ! Au retour, j’ai bien galéré par contre ! Retard sur mes deux trains, bébé énervée… On est arrivées à 9h du soir, avec bébé en pleurs dans la nuit, bof bof. Mais j’ai adoré son sourire quand elle reconnu sa maison !

Le logement

En promo, j’avais trouvé un appart’hotel à proximité du centre ville et proche de la gare. Les horaires d’arrivée et de départ ne collait pas trop avec mes horaires de train, alors j’avais appelé dans la semaine pour demander si je pouvais arriver plus tôt et repartir plus tard. Pas de problème ! Mais à l’arrivée rien n’était plus possible ! J’ai du batailler sec pour avoir ma chambre, et j’ai bien fait, car on a pu se poser, faire un tétée bien installées, la sieste. Mais le lendemain, j’ai lu laisser la chambre à midi, sachant que le train était à 17h…. Pas top. La chambre était bien, avec un coin kitchenette, très bonne insonorisation, au calme et avec lit bébé, c’étaient mes critères de choix.

Les activités

Je me suis adaptée au maximum au rythme de bébé, en respectant ses habitudes de sommeil et de repas. On s’est essentiellement promenées, en ville, dans les belles boutiques et au marché, à la médiathèque et en bord de mer…et chez DPAM pour lui prendre un petit chapeau ! J’ai alternée portage en écharpe et poussette, en revenant à l’hôtel régulièrement. Je n’ai pas regretté la bâche de pluie qui m’a bien servi contre le vent. Le soir elle a un peu tiqué dans ce nouveau lit et s’est réveillée deux fois dans la nuit mais rien de compliqué à gérer non plus.

IMG_1429