Promenade visuelle #4 -printemps 2017

Des images valent mieux qu’on long discours dit-on !

Quelques inspirations déco, du vert nature, du bleu soleil, tes petits pieds dans le sable, et de la gourmandise bien sûr !IMG_2087IMG_2094IMG_1301IMG_1270IMG_2110IMG_1309IMG_2130

Repos et reconstruction

Bientôt de retour, sur le blog et aussi dans ma vie.

IMG_2106

L’hiver a été difficile : santé et moral en dents de scie. J’ai essayé de tenir, il le fallait, j’ai une famille, un travail… Mais j’y ai laissé quelques plumes. La faute à l’hiver, à la fatigue,  une fatigue énorme, qui m’a poussée dans une mauvaise spirale. Quand on n’a plus pied, on coule et puis on remonte. Je suis en train de remonter ! Grâce à de l’aide, à un diagnostic qui a permis d’avoir des explications et qui se solde par une conclusion rassurante et à l’amour qui m’entoure. Et puis une semaine géniale de vacances à la mer avec mon amoureux et ma fille !

J’ai plein de recettes en stock à vous faire partager !

Film : Toni Erdmann de Maren Ade

Maren Ade est une réalisatrice allemande. Toni Erdmann est son 3ème long métrage, il est sorti en 2016. Et j’ai adoré ! Il m’a même vraiment marquée. Il a d’ailleurs été sélectionné dans de nombreux festival et a récolté plusieurs (prix de la critique internationale à Cannes par exemple) … C’est un film surprenant, drôle, critique, très original. Les acteurs sont épatants. On oublie presque que c’est un film allemand.

toni erdman

Sandra Hüller (Ines) et Peter Simonischek (Winfried / Toni)

Le film dépeint la vie d’Inès, une super business-woman, investie à fond dans son boulot, au détriment (sans doute) de sa « vie privée », aux prises avec les relations complexes qu’elle entretient avec son père, un soixantenaire un peu loufoque qui tente de remettre ses certitudes en question. Dit comme ça, ça sent un peu le déjà vu. Mais franchement, je n’ai jamais vu ça avant ! Le traitement du sujet est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Certaines scènes sont absolument déroutantes, voire dérangeantes, voire même subversives : un brunch entre collègues à poil(s) par exemple.  Au delà d’une critique froide d’un personnage dévolu à une culture d’entreprise sans âme, on a au contraire une réflexion profonde, émouvante et très drôle sur les relations parent/enfant à l’âge adulte, la séduction et le sexe, le sens du travail…la vie… !

Je vous le « plus que » recommande !

Biscuits sachets de thé, à l’Earl Grey et à l’orange

En recherche d’une idée pour fabriquer des biscuits personnalisés, je suis tombée une jolie recette que j’ai adaptée à mes gouts (sur ce blog) Thé et zeste d’orange parfument délicatement la pâte d’un sablé friable et bien beurré, gourmand mais léger.img_1151le-tea-time-2

Le petit plus, c’est la présentation, puisque le biscuit est en forme de sachet de thé. Avant la cuisson j’ai percé un trou pour pouvoir passer la ficelle. Ensuite, j’ai découpé des rectangles dans du papier décoratif que j’ai plié en deux. Avec un emporte-pièce j’ai percé les deux couches de papier. Et j’ai passé puis noué la ficelle pour attacher tout. On a l’illusion d’un sachet de thé, et on peut personnaliser l’étiquette avec un petit mot à l’intérieur. Sympa non ?

PS : Je me suis faite rare sur le blog, et aussi sur ceux des autres, j’ai du retard de lecture ! La faute au rythme effréné que j’ai en ce moment ! Bébé malade, boulot en folie et préparation de projets (en lien avec la pâtisserie !)

Ingrédients  pour 15 sablés

  • 125 g de farine
  • 100 g de beurre à température ambiante
  • 50g de sucre glace
  • 1/2 jaune d’œuf
  • Le zeste d’une orange
  • L’équivalent d’un sachet de thé Earl Grey

Préparation

  • Travailler ensemble le beurre en pommade avec le sucre glace et l’oeuf.
  • Broyer si besoin le thé (dans mon cas, l’Earl Grey Clipper était déjà très fin), le mouiller légèrement, et l’ajouter à la pâte, ainsi que le zeste.
  • Ajouter la farine et mélanger le tout.
  • Abaisser la pâte entre deux feuilles de papier cuisson (Attention à ne pas les faire trop fins, ils ont moins de gout, 0,5cm me parait un minimum.)
  • Placer au frais 20 minutes.
  • Dessiner un patron en forme de sachet de thé et découper les biscuits.
  • Percer un petit trou pour la ficelle.
  • Cuite 15 minutes à 180°C (four préchauffé).
  • Assembler les étiquettes, la ficelle et le biscuit pour créer l’illusion d’un vrai sachet !

C’est normal ?

En ce moment, c’est un peu le bazar, au moins dans ma tête. Trop de questions, beaucoup de contradictions, pas beaucoup de certitudes, un peu de fatigue, de culpabilité…et pas assez de blog !

C’est normal …

  • A presque 35 ans, de toujours chercher sa voie ?
  • D’avoir l’impression de courir partout alors qu’on travaille à mi-temps ?
  • De culpabiliser car directrice à mi-temps c’est compliqué, mais que maman à moins d’un mi temps m’embêterait (m’embêtera…) beaucoup.
  • D’être tiraillée entre maison et bébé à ce point là ?  C’est pas un cliché ?
  • De n’avoir toujours pas l’impression d’être remise 15 mois après l’accouchement ?
  • D’avoir des hauts et des bas… à ce point là ?
  • De me prendre la tête, voire d’être obsédée par des petites choses, et ressentir son corollaire, « se noyer dans un verre d’eau. »
  • D’avoir l’impression d’avoir des trous dans la tête, impossible de retenir certaines choses !
  • D’aborder l’éducation d’un enfant sans rien savoir là dessus ?
  • D’avoir peur : que les choses m’échappent, de ne pas être à la hauteur, de décevoir, que la vie passe trop vite …
  • De ne pas savoir comment faire pour le sevrage de miss La Pomme….
  • D’être encore émue lorsque je parle de mon accouchement ?
  • etc etc etc

Macarons chocolat (moches mais bons !)

On le sait, il n’y a pas que le physique ! La beauté intérieure, ça compte !

Premier essai de macarons. Secrètement,  j’espérais réussir du premier coup. Vanité. Rendons nous à l’évidence, il sont moches ! Plats, pas réguliers, pas brillants, sans collerette. Etschebest m’aurait sans doute filé une beigne, pour avoir, (je pense que le problème est là) raté ma meringue italienne. Mes blancs montés ont fait vraiment la tête à l’ajout du sirop et de ce fait, ne sont pas remontés, ce qui m’a donné une pâte molle, qui s’est beaucoup étalée et déformée. Mais, par contre, à la dégustation, c’est presque pardonné (c’est bien l’auto-pardon parfois!) car franchement c’est délicieux ! Ouf !

Pour une fois, je ne vais pas mettre la recette. Je la mettrai quand je serai vraiment contente du tout : goût comme aspect. Ainsi on mesurera ensemble progrès !

Avez vous déjà galéré avec les macarons ? Comment avez vous réussi à améliorer le résultat. Tout m’intéresse !

Les biscuits à la cuillère

Bonjour !

Cette semaine j’ai testé une recette inscrite au programme du CAP de Pâtisserie, j’aimerais bien me lancer ce défi (en candidat libre 2018). Armée de patience et de quelques livres, je teste des recettes, mais pour le moment la version « CAP » me donne de moins bons résultats que pour mes recettes habituelles, plus « cuisine du dimanche ». Sauf celle ci ! C’était réussi, et d’ailleurs approuvé par le chat qui en en dégusté quelques uns pendant la nuit. Elle a le palais fin, je me fie à elle. Prochaine étape le dressage dit en « cartouchière » afin de réaliser un tour de charlotte d’un seul tenant.

Ingrédients

  • 125g de farine
  • 100g de jaunes d’oeuf
  • 150g de blancs d’oeuf
  • 125 de sucre
  • Sucre glace

Préparation

  • Préchauffez le four à 190°C
  • Fouettez les jaunes
  • Montez les blanc en neige puis ajouter le sucre progressivement
  • Mélangez délicatement les jaunes avec les blancs battus
  • Incorporez la farine progressivement
  • Garnissez une poche à douille et dressez sur une plaque couverte de papier cuisson
  • Saupoudrez de sucre glace
  • Mettez au four pour 12 minutes