Film : Toni Erdmann de Maren Ade

Maren Ade est une réalisatrice allemande. Toni Erdmann est son 3ème long métrage, il est sorti en 2016. Et j’ai adoré ! Il m’a même vraiment marquée. Il a d’ailleurs été sélectionné dans de nombreux festival et a récolté plusieurs (prix de la critique internationale à Cannes par exemple) … C’est un film surprenant, drôle, critique, très original. Les acteurs sont épatants. On oublie presque que c’est un film allemand.

toni erdman

Sandra Hüller (Ines) et Peter Simonischek (Winfried / Toni)

Le film dépeint la vie d’Inès, une super business-woman, investie à fond dans son boulot, au détriment (sans doute) de sa « vie privée », aux prises avec les relations complexes qu’elle entretient avec son père, un soixantenaire un peu loufoque qui tente de remettre ses certitudes en question. Dit comme ça, ça sent un peu le déjà vu. Mais franchement, je n’ai jamais vu ça avant ! Le traitement du sujet est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Certaines scènes sont absolument déroutantes, voire dérangeantes, voire même subversives : un brunch entre collègues à poil(s) par exemple.  Au delà d’une critique froide d’un personnage dévolu à une culture d’entreprise sans âme, on a au contraire une réflexion profonde, émouvante et très drôle sur les relations parent/enfant à l’âge adulte, la séduction et le sexe, le sens du travail…la vie… !

Je vous le « plus que » recommande !

Cria Cuervos de Carlos Saura

critique-cria-cuervos-saura9

Élève des corbeaux. Elève des corbeaux et ils t’arracheront les yeux.

Ok, ok, on n’est pas dans la brulante actualité mais qu’importe ! Le film est sorti en 1976 et je le vois pour la première fois en 2015, c’est mon actu à moi !

Bien sûr, de ce film,  je connaissais la chanson emblématique : Porque te vas. J’adore, et heureusement car dans le film on l’entend un certain nombre de fois ! Et c’est à peu près tout. Mais quelle découverte !

Pour la petite histoire, le film est raconté à travers les yeux d’Ana, une petite fille jouée par la super mignonne Ana Torrent. Elle est élevée, avec ses soeurs, par Rosa, la gouvernante, et par sa tante suite au décès de ses parents.

J’ai adoré la grande poésie du langage de Saura, un véritable hymne à l’imagination, sans concession quant au monde des adultes, et sans idéalisation non plus de l’enfance. Charmant, onirique, cruel, et absolument moderne ! Mention spéciale à Géraldine Chaplin, qui joue la mère d’Ana et dont l’interprétation m’a profondément émue. Et puis vive les 70’s au cinéma, non ?

 

La chasse de Thomas Vinterberg

Thomas 20320850Vinterberg est connu pour avoir réalisé Festen en 1998, qui avait marqué le public en abordant la question des rapports familiaux. La chasse, sorti en 2012, a obtenu le prix d’interprétation masculine, grâce à la prestation de Mads Mikkelsen, son compatriote danois.

De quoi est-il question ? L’histoire se déroule dans un village ou une petite ville danoise, où tout le monde se connait, les hommes chassent ensemble, et tout ce petit monde se retrouve autour du « jardin d’enfant », une crèche pour les petits de trois à cinq ans. C’est là que travaille Lucas, le personnage interprété par Mads Mikkelsen. Très apprécié des enfants, sa vie va pourtant basculer lorsqu’il va être soupçonné d’actes pédophiles…

Mads Mikkelsen, que j’avais toujours trouvé assez froid et impassible dans son jeu d’acteur m’a énormément touché dans ce rôle. Beaucoup de charisme et une large palette d’émotions traversent son visage si particulier. D’ailleurs les acteurs et le cadre de la petite ville scandinave m’ont beaucoup plu. Le coeur du sujet n’est pas tant la pédophile que la façon dont une rumeur se construit. Une fois lancée, elle est capable de détruire une vie et de déstructurer toute une communauté, sans retour en arrière possible.

Du même réalisateur, qui décidément bâtit une oeuvre variée, je vous conseille Loin de la foule déchainée sorti en 2015, adaptation du roman de Thomas Hardy (XIXème siècle) avec Carey Mulligan et Matthias Schoenaerts.